Le dernier livre de Pascal Vrebos

Il y a quelques années, une jeune fille africaine venue faire ses études en Europe a subi un viol collectif d’une extrême violence. Laissée pour morte, elle a été sauvée, physiquement « réparée » , puis, après un séjour en hôpital psychiatrique pour amnésie partielle, après une thérapie pour de sévères séquelles psychosomatiques, s’est peu à peu reconstruite. C’est sous la forme d’un roman-soliloque, avec l’assentiment de la victime, que Pascal Vrebos lui rend hommage. Mariama nous dit ce parcours d’un supplice et d’une renaissance à travers un conte-parabole qu’elle prête à son grand-père, ancré dans le terroir africain telle une madeleine proustienne, mais perverti par la mémoire, contaminé par le récit lui-même comme une ultime mise en abyme qui l’aide à surmonter l’indicible. Héroïne malgré elle, Mariama émeut, ébranle et apostrophe les hommes. Pascal Vrebos, producteur et présentateur de radio-télévision, dramaturge traduit et représenté jusqu’à Hollywood, professeur honoraire de l’ULB, est aussi l’auteur de romans et de témoignages comme Le Gorbatchoc. Il a rencontré de nombreuses personnalités (Les Ultimes Entretiens avec Henry Miller), a réalisé une « première » historique en interviewant durant deux heures le Roi Albert II et la Reine Paola, a signé sur Netflix, avec Georges Huercano, Soupçons,        six épisodes consacrés à l’Affaire Wesphael. « Pascal Vrebos est l’auteur de plus de trente-cinq pièces de théâtre dont plusieurs ont été jouées avec succès en Belgique, mais aussi à l’étranger, là où le public ne connaît pas le Vrebos journaliste vedette de télévision. Il est aussi un auteur engagé et humaniste. Pour s’en convaincre, si besoin en était, il suffit de lire ce texte bouleversant. Vrebos est encore, à la manière de Ionesco ou Beckett, un fastueux dilapideur de créations verbales, un révélateur d’hypocrisies et de simagrées, un chercheur de vérité derrière les apparences ». (Jean Jauniaux, écrivain, Président honoraire de PEN CLUB Belgique).

CRITIQUES…

Pascal VREBOS, La chair déchirée d’une petite griotte noire, M.E.O., 2022, 64 p., 10 € / ePub : 6,49 €, ISBN : 2807003532

vrebos la chair dechiree de la petite griotte noireAvec La chair déchirée d’une petite griotte noire, Pascal Vrebos propose, aux éditions M.E.O., un court roman portant sur la thématique du viol et du traumatisme qui en découle, de la difficile et douloureuse reconstruction de l’individu.

Tout au long du roman, une jeune femme du nom de Mariama conte son histoire au lecteur. Personnage qui se veut universel, elle a ses racines sur le continent africain. Un jour, un projet d’étude l’a menée quelque part en Europe où elle a posé ses valises. Là, elle a fait l’expérience de la haine raciale et de la cruauté. Sa chair, nous apprendra-t-elle, y a été déchirée.

Dès lors, Mariama n’y va pas par quatre chemins. Dès les premières lignes, elle épingle, elle accuse : les hommes de son récit ont figure d’antagonistes. En effet, que ce soit au travers de son expérience en Europe ou par l’intermédiaire des contes que son grand-père lui récitait durant ses nuits d’enfance, les hommes usent du viol comme d’une arme de guerre. Ils profanent pour mieux punir ou soumettre puis ils oublient et retournent à leurs familles.

Mariama, elle, n’oublie pas. Elle raconte son combat de tous les instants et son cheminement en quête de l’étincelle qui réanimera sa chair.

Pour donner corps au témoignage de son personnage conteur, Pascal Vrebos use de phrases aux tours oralisant dans un style direct, parfois cru, fragmentaire. Il s’agit de plonger au cœur du drame et de dire la déconstruction de la griotte qui a pourtant la force de ne pas se taire :

En moi plus de trous
plus rien senti
plus de viande
plus rien
plus rien senti
crucifiée
ont recommencé,
plus rien senti
ont encore recommencé

Plus que de chercher à choquer et à émouvoir, l’ouvrage veut avant tout informer son lecteur et l’ouvrir à l’existence d’une réalité honteuse. L’introduction du roman, signée Denis Mukwege, Prix Nobel de la Paix, abonde en ce sens. Décryptant l’évolution psychologique du personnage de Mariama, il souligne que la prise de parole contre le viol est un combat qui « doit s’accompagner de pédagogie et de conscientisation ». Un rôle qu’il confie à l’art, à la littérature et au théâtre et duquel s’empare Pascale Vrebos pour mettre en relief le témoignage de son personnage et pour lui donner sens.

La dénonciation des actes barbares des hommes et la gravité du propos n’empêchent cependant pas la plus brave humanité de se frayer un chemin entre les pages du livre. Sur sa route, Mariama croise aussi de la douceur, de la bienveillance et de l’empathie bien qu’un fossé les empêche de se rencontrer totalement : il s’agit de l’incompréhension de l’expérience vécue. Faisant témoigner son personnage, Pascal Vrebos y remédie.

Camille Tonelli

 

La chair déchirée d’une petite griotte noire de Pascal Vrebos

La chair déchirée d'une petite griotte noire par Vrebos  Pascal Vrebos est producteur et présentateur de radio-télévision, dramaturge, professeur honoraire à l’ULB, auteur de romans et témoignages. 

Il est l’auteur de plus de 35 pièces de théâtre dont plusieurs ont été jouées avec succès en Belgique et à l’étranger. Il est aussi un auteur engagé et humaniste. 

Je connais Pascal en tant que journaliste/présentateur. Je ne le connaissais pas en tant qu’auteur. C’est donc avec curiosité que j’ai découvert son récit au titre accrocheur. 

C’est un cri, un cri déchirant, un cri de douleur, un cri d’horreur que pousse Pascal Vrebos ou plutôt son héroïne Mariama, la petite griotte en question, car ici, il ne s’agit pas d’une cerise, mais bien d’une jeune fille africaine déchirée dans sa chair et dans son esprit. 

La jeune fille se baladait seule, sans aucune provocation de sa part. Elle se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment, car la voilà face à une bande de fauves qui, après l’avoir violée avec une grande violence la laisse pour morte sur un trottoir. 

Physiquement, après quelque temps, elle sera « réparée », mais mentalement peut-on jamais se remettre d’un tel acte abominable? 

Mariama se retrouve en hôpital psychiatrique où elle se reconstruit peu à peu. Elle rencontre un homme dont elle tombe amoureux, mais ne peut pas se laisser toucher. Est-elle salie, abimée, anéantie à tout jamais? L’amour pourra-til un jour la rendre femme? 

Je n’ai jamais lu de romans de ce genre. Pascal Vrebos ne raconte pas le parcours de cette pauvre femme comme je pourrais le faire. Son écriture est un cri, déchirant qui ne peut qu’émouvoir, touché, apostrophé les hommes. 

Un témoignage poignant qui ne peut laisser personne indifférent. Une lecture d’une demi-heure seulement qu’on aimera ou qu’on détestera. C’est selon…

PS Ce roman m’a tellement bouleversé que j’en ai oublié de remercier les éditions M.E.O pour ce nouveau partenariat. C’est maintenant chose faite. 

Samuel Paty : décapitations annoncées

 

Samuel Paty décapité pour avoir osé aborder autour du concept de la liberté d’expression et de manière pédagogique les caricatures en général, mais, en particulier, celle d’un prophète bien connu.
Et le Président Macron, les mâchoires serrées, de faire montre d’une fermeté absolue ­et martelée— ça change—envers ce geste barbare et féroce perpétré au Très Saint Nom d’Allah.

Et les messages affluent, mais comment est-ce possible ? Mais comment, mais pourquoi ? On se rue sur la place de la République, on décerne des médailles, des fleurs s’amoncellent… jusqu’au  prochain égorgement ou, pire, une petite bombe bien sale.

Quelle amnésie et/ou quelle hypocrisie !

Dès 2004, en France, le rapport Obin signalait des phénomènes on ne peut plus inquiétants au sein même des écoles de la République.
Les profs de cette même République ne pouvaient plus aborder devant des étudiants musulmans fanatisés (et donc analphabètes de leur propre religion) Madame Bovary (hé oui, elle est adultère, cette femme et Flaubert aurait dû la lapider), Voltaire (le mécréant aveuglé de Lumières qui avait raillé ledit prophète et qui avait senti l’oignon de ce fanatisme politique à côté duquel celui des catholiques était devenu anecdotique) et la Shoah (ah oui, les Juifs, ah ceux-là…) et qu’ont-ils fait, tous ces responsables, ces politiques, ces élus, ces républicains ?

Rien ou quasi rien.

En Belgique, idem. Pire sans doute. L’hypocrisie culmine : on ferme les yeux sur les ukases des adorateurs du prophète et les directions conseillent fermement aux profs de la fermer, pas de vagues,  et de passer à autre chose…pas d’histoires (dans tous les sens du terme)…

La moindre analyse, fût-elle scientifique, d’un texte sacré, la moindre moquerie (ne parlons même pas de blasphème !) de ces textes entraîne la peine de mort, Charlie a ouvert cette marche tragique.

On voit d’ailleurs proliférer comme les Rhinocéros d’Ionesco les collabos islamolâtres rougeâtres et verdâtres : les Voltaire, les Diderot, les d’Holbach et les autres seraient aujourd’hui des islamophobes d’extrême droite.
Tiens, tiens, au fond, à quand ces cours de citoyenneté promis depuis 1998 (!) avec notamment l’histoire comparée des religions ?

Au risque de se faire décapiter ?

«Mourir décapité pour une caricature, cela va un peu trop loin», lâche, avec désinvolture un des anciens élèves de l’assassiné.

Je rêve ou je cauchemarde ?

 

PASCAL VREBOS : « JE SUIS COMME UN AUTEUR MORT »

PASCAL VREBOS : « JE SUIS COMME UN AUTEUR MORT »

Enseignant, animateur télé mais aussi dramaturge, Pascal Vrebos déclare chaque année son amour au théâtre en concevant une nouvelle pièce. Cette passion va se déclarer dès le plus jeune âge et l’accompagner toute sa vie.

par

  • Le 26 janvier 2020 – 10:00
  • Partager
  • Tweet
  • Photo : Jeanne Tilly (CC BY NC ND)

Assis sur un de ces canapés en velours rouge du Théâtre des Galeries de la Reine, Pascal Vrebos fait la lecture de sa nouvelle pièce : Le Pervers Magnifique. Au quotidien, l’artiste a pris l’habitude de se mettre en scène sur les plateaux télé. Mais ici c’est une toute autre mise en scène. Entouré de plusieurs professionnels, l’animateur lit avec énergie son œuvre. Ne se définissant pas comme journaliste, Pascal Vrebos préfère se comparer à « un auteur mort ». Il met toute son énergie dans cet art. Et, comme il aime l’expliquer, « le théâtre restera toujours mon canal préféré. Sur scène, tout est possible ! ».

MOLIÈRE EN CULOTTES COURTES

« Enfant, j’avais des places gratuites à tous les spectacles… Ma mère était secrétaire au Palais des Beaux-Arts ». C’est dans ce mythique lieu bruxellois que le jeune Vrebos découvre Molière, dont les pièces n’auront bientôt plus aucun secret pour lui. Pourtant, Pascal Vrebos confie que cette passion contient une part de hasard. « J’ai vu un si grand nombre de spectacles de danse, tels que ceux du Bolchoï, que j’aurais pu aussi devenir danseur », plaisante-t-il. Mais pour cet artiste dans l’âme, le théâtre permet de dépasser le simple rôle de spectateur. « C’est un grand moment de rêve et de liberté. »

A 17 ans, il écrit sa première pièce. Il décide de travailler sur la suite d’une des plus célèbres pièces du dramaturge français : L’Avare. « C’est impossible que la pièce se termine ainsi », s’était-il dit. En 1992, L’Avare II vit donc le jour.

Depuis une quinzaine d’années, Pascal Vrebos enchaine les œuvres. « Une fois qu’une pièce est écrite, je pense déjà à la suivante ». Lorsqu’une de ses œuvres est jouée aux États-Unis, il essaie d’y assister le plus possible, étant donné son intérêt pour ce pays. « J’ai le trac mais dès que j’ai l’occasion d’aller à l’étranger, j’y vais ! C’est vraiment tout autre chose. »

Cette année, Le Pervers Magnifique a rejoint les pièces favorites du présentateur télé. Cette comédie dans l’air du temps conte l’histoire de trois femmes de la même famille, toutes trois victimes d’hommes toxiques. Violences conjugales, féminicides et émancipation sont au coeur de la pièce. Pascal Vrebos a trouvé qu’il était crucial de mettre sur les planches ces sujets omniprésents dans l’actualité des derniers mois.

« Je fais une lecture tous les ans, à 20h20, le 20 août sur une terrasse à Patmos ». Mais cette fois-ci, la lecture s’est effectuée dans ce théâtre des Galeries, avec un comité restreint. Une fois la lecture terminée, les invités confient leurs opinions au dramaturge avant de partir. Une dernière discussion dans l’intimité dans une des salles de l’établissement entre le directeur et Pascal Vrebos. Débattant des dernières modifications, Pascal Vrebos, tourné face à la scène, imagine peut-être sa prochaine œuvre jouée avec passion.

François Hollande, ancien président de la République française invité de la 800è de l’Invité

Depuis 20 ans chaque semaine j’invite une personnalité qui compte  et ce dimanche , place au Président français  François Hollande.

L’actualité internationale bouillonne (un Trump imprévisible, un Moyen-Orient poudrière, une France assommée par les grèves)

À propos François Hollande fut-il un président  normal… ? Beaucoup de questions qu’on n’ose pas poser… mais qu’on posera quand même !

Photo de Hatim Kaghat (Le Soir)

« Précipitez-vous! »

Le texte de Pascal Vrebos est traversé par une conscience implacable qu’il nous livre en humaniste lucide et profond, sensible à la détresse et à la fragilité, ne la jugeant pas mais nous la proposant telle qu’elle est. A l’instar d’autres oeuvres de Pascal Vrebos que nous avons évoqué déjà à la publication de son Théâtre complet ,  Crime Magistral nous laisse bouleversé et nous habitera longtemps encore, comme tous les grands textes de la  bibliothèque de l’honnête homme où nous le rangeons à côté de Camus et de Simenon.

La mise en scène de Michel Wright, le nouveau directeur du Théâtre de La Valette, a exploré et mis en valeur toute la palette d’expression et de sensibilité du monologue halluciné et tragique du personnage de Boulanger. Ce dernier est incarné par un comédien au mieux de son talent. Que ce soit dans la colère ou dans le chagrin, dans le sarcasme ou dans l’angoisse, dans l’effondrement ou dans la révolte, Jean-Philippe Altenloh a bouleversé le public par la force et la justesse de son jeu, par la palette aux multiples valeurs avec laquelle il interprète un homme seul, enfermé en lui-même autant que dans cet asile aux murs blancs, que nous regardons comme un frère inconsolable. Nous l’avions vu dernièrement dans « Le souper » et  « Petits crimes conjugaux ». Dans le rôle de Boulanger, Altenloh entre dans un de ses plus poignants personnages qu’il étreint littéralement avec la puissance incandescente des acteurs hors norme lorsqu’ils deviennent ce qu’ils incarnent.

La pièce est jouée  jusqu’au 26 mai dans un théâtre situé à quelques encablures de Bruxelles: il s’agit de s’y précipiter toutes affaires cessantes ».
Jean Jauniaux